Events

Past Event

"Atlantique" de Mati Diop

November 15, 2019
7:00 PM - 9:00 PM
Columbia Global Centers l Paris, 4 rue de Chevreuse, 75006

Projection du film "Atlantique" de Mati Diop, suivie d'une discussion avec Farah Clémentine Dramani-Issifou.

Projection et conférence organisées dans le cadre du cycle "Voix Atlantiques".

Le film

Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers du chantier d'une tour futuriste, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l'océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, l'amant d'Ada, promise à un autre. Quelques jours après le départ des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage de la jeune femme et les filles du quartier sont sujettes à d'étranges fièvres. Ada est loin de se douter que Souleiman est revenu.

Grand Prix du Festival de Cannes.

Regardez la bande-annonce

Intervenant

Farah Clémentine Dramani-Issifou est curatrice, chercheuse et critique de cinéma.

Elle devient membre du comité de sélection des longs métrages de la Semaine de la Critique (section parallèle du Festival de Cannes) après avoir créé et dirigé un festival itinérant de cinéma documentaire (Paris, Porto Novo, Lomé et Phnom Penh) entre 2010 et 2017.

En 2019, elle participe à l'école des Ateliers de la Pensée (Dakar) initiée par Felwine Sarr et Achille Mbembe et est chercheuse en résidence à l'ESACM.

Elle participe régulièrement à la publication d'ouvrages et à des colloques internationaux sur les "cinémas africains".

 

Farah Clémentine Dramani-Issifou

Description du cycle

Cette série de projections et de rencontres donne la voix à des artistes et des auteurs travaillant à une réappropriation des représentations et des narrations depuis l’expérience minoritaire et notamment depuis l’appartenance, ou la mémoire, atlantiques. Si le geste de décolonisation des imaginaires constitue la toile de fond de ces films et ouvrages récents, ceux-ci se déclinent dans des formes plurielles, de l’opéra-ballet dérouté par les danses urbaines et contestataires, à la réécriture fictionnelle par des enfants d’une histoire coloniale jamais ou difficilement transmise. Le cycle laissera pleine place à l'invention littéraire, cinématographique ou chorégraphique, mais frayera également un chemin autour des questions sociales et politiques de transmission, d’accès à l’expression artistique en milieu scolaire ou en dehors, et d’institutionnalisation.

 

En partenariat avec le Columbia Institute for Ideas and Imagination.