Events

Past Event

Ce que l’histoire peut dire de la littérature

February 19, 2019
7:00 PM - 9:00 PM
4, rue de Chevreuse, 75006 Paris

Table ronde interdisciplinaire avec Judith Lyon-Caen, Pierre Force et Jean-Louis Jeannelle

Aux devantures des librairies, on ne compte plus les ouvrages d’historiens réfléchissant gravement à leur rapport avec la littérature. Judith Lyon-Caen propose une aventure différente : à partir d’une nouvelle de Jules Barbey d’Aurevilly, «La vengeance d’une femme», l’historienne part de ce qu’est la littérature : une expérience d’être au monde, pour mesurer l’éclairage que sa discipline peut apporter à la mise en écriture romanesque. L’historien en «herméneute» du matériau littéraire, en quelque sorte.

En 2011 Columbia University créait à Paris le M.A. in History and Literature en partenariat avec l'Ecole des hautes études en sciences sociales et l'Ecole normale supérieure. Sept ans plus tard, la publication de la Griffe du temps (Gallimard 2019) permet de repenser ces questions constitutives de notre programme et de réunir trois des acteurs parmi les plus engagés : Judith Lyon-Caen, Pierre Force et Jean-Louis Jeannelle.

Entrée gratuite


 

Judith Lyon-Caen

Ancienne élève de l'ENS (Ulm), Judith Lyon-Caen est historienne, directrice d'études à l'EHESS. Ses travaux portent sur les relations entre histoire et littérature, sur l'histoire des usages et du recours à la littérature au XIXe siècle et au XXe siècle. Elle a notamment publié : La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac (Tallandier 2006) et, avec Dinah Ribard, L'historien et la littérature (La Découverte, 2010). Elle a également dirigé plusieurs éditions de romans du XIXe siècle pour la collection "Quarto" chez Gallimard, dont Les Mystères de Paris d'Eugène Sue (2009) et les Romans de Jules Barbey d'Aurevilly (2013).

Pierre Force

Pierre Force est professeur à l’Université Columbia de New York. Ancien élève de l’Ecole normale supérieure, il est titulaire d’une licence de lettres classiques (Paris-IV, 1979), d’un doctorat de littérature française (Paris-IV, 1987) et d’une habilitation à diriger des recherches (1994). A la frontière des humanités et des sciences sociales, ses travaux touchent à la littérature française et comparée des 17e et 18e siècles, à l’histoire intellectuelle, et à l’histoire sociale. Il est l’auteur de Le Problème herméneutique chez Pascal (Vrin, 1989), Molière ou Le Prix des choses (Nathan, 1994), Self-Interest before Adam Smith (Cambridge University Press, 2003), et Wealth and Disaster (Johns Hopkins University Press, 2016). A Columbia, où il est membre des départements de français et d’histoire, il a été directeur du département de français de 1997 à 2007, et doyen de la faculté des humanités de 2011 à 2014. Ses enseignements portent sur le classicisme français et sa réception, les rapports entre herméneutique et rhétorique, l’historiographie, l’histoire de la pensée économique, et l’histoire du monde atlantique.

Jeannelle

Agrégé de lettres modernes et ancien élève de l'École normale supérieure Ulm, Jean-Louis Jeannelle est docteur ès lettres (thèse sous la direction d'Antoine Compagnon) et membre de l'Institut Universitaire de France (promotion 2010). Maître de conférences à la Sorbonne entre 2006 et 2014, il est professeur à l'Université de Rouen depuis 2014. Ses domaines de spécialité sont les oeuvres d'André Malraux et de Simone de Beauvoir, l'autobiographie et le genre des Mémoires, ainsi que l'histoire des rapports entre littérature et cinéma. Il est l’auteur de Cinémalraux : essai sur l’œuvre d’André Malraux au cinema (Hermann, 2015), et de Films sans images : une histoire des scénarios non réalisés de « La Condition humaine » (Seuil, coll. « Poétique », 2015). Directeur de la revue LHT, il collabore également au Monde des livres et participe au site Fabula.