Events

Past Event

Dire à Lamine

November 22, 2019
7:00 PM - 9:30 PM
4, rue de Chevreuse, 75006 Paris

Rencontre avec Assa Traoré et Ramata Dieng. Projection du film Dire à Lamine (collectif Cases Rebelles) .

Le film

DIRE À LAMINE est un film documentaire long-métrage réalisé par le collectif Cases Rebelles, en association avec le collectif Vies Volées (collectif de familles de victimes de crimes policiers). Le tournage a débuté en 2016, quelques semaines avant la 9e commémoration de la mort de Lamine Dieng, étouffé par des policiers le 17 juin 2007 à Paris.

Pourtant DIRE À LAMINE n'est pas un film sur les violences policières. C'est un film qui parle de Lamine, qui parle de 10 ans d'absence, 10 années de vie volées.

Comment vit-on avec l'injustice? Avec la double blessure du crime et de l'absence de procès? Comment continue-t-on d'exister, de lutter, de résister? Que faire face à l'impossibilité d'obtenir justice? Autour d’interviews, d’images d’archives, des membres de la famille et des soutiens racontent. Souvenirs, méditation politique, mises en perspective, analyses historiques se succèdent.

Mais il s'agit aussi de s’adresser à Lamine. C'est le cœur du film. Pourquoi ? Pour conjurer le sort de cette mort dans une solitude absolue. Parce que nous portons, nous vivant.e.s, le devoir d'obtenir réparation, de créer du sens et de la force politique de cette mort inacceptable.

Le film raconte aussi le valeureux combat de femmes noires, de sœurs, de proches dans une quête de vérité et de justice non négociables.

Lamine était un jeune homme noir, habitant d'un quartier populaire du 20ème arrondissement. Il a été tué par la police et sa tragédie n'est malheureusement pas un cas isolé. Lamine était aussi un jeune homme plein de vie, avec des ami.e.s, une famille, des rêves, un rire. Et le film, entre messages d’amour et promesses de lutte renouvelées, refuse d'oublier tout cela.

 

Cette rencontre est organisée par Nora Philippe et Maboula Soumahoro dans le cadre du cycle "Voix Atlantiques"

Description du cycle

Cette série de projections et de rencontres donne la voix à des artistes et des auteurs travaillant à une réappropriation des représentations et des narrations depuis l’expérience minoritaire et notamment depuis l’appartenance, ou la mémoire, atlantiques. Si le geste de décolonisation des imaginaires constitue la toile de fond de ces films et ouvrages récents, ceux-ci se déclinent dans des formes plurielles, de l’opéra-ballet dérouté par les danses urbaines et contestataires, à la réécriture fictionnelle par des enfants d’une histoire coloniale jamais ou difficilement transmise. Le cycle laissera pleine place à l'invention littéraire, cinématographique ou chorégraphique, mais frayera également un chemin autour des questions sociales et politiques de transmission, d’accès à l’expression artistique en milieu scolaire ou en dehors, et d’institutionnalisation.