Events

Past Event

Éclats d'Afrique : des sénégalaises aux sénégauloises

October 7, 2019
7:00 PM - 8:30 PM
4, rue de Chevreuse, 75006 Paris

Un échange entre artistes de la diaspora noire autour de leurs parcours et de leurs démarches artistiques dans les domaines de la danse, du cinéma et de la littérature.

 

Les artistes

Bintou Dembélé est l’une des artistes majeures issues du mouvement Hip-Hop en France. Elle commence sa carrière en intégrant des groupes tels qu’Aktuel Force, Ykanji - dont elle est cofondatrice - le collectif Mouv’ du Théâtre Contemporain de la Danse à Paris ou encore la compagnie Käfig.

En tant que danseuse et chorégraphe, elle collabore avec des artistes comme MC Solaar (Paradisiaque), Grand Corps Malade (Roméo kiffe Juliette), Sophiatou Kossoko (Nuit des Musées), Stéphane Schoukroun (Construire), le photographe Denis Darzacq (La Chute) ou encore la réalisatrice Anne Cissé (BUCK).

À partir de 2002, elle affirme sa démarche de chorégraphe en créant la compagnie Rualité. Revisitant la Street Dance au prisme de la musique répétitive et des polyphonies rythmiques, ses chorégraphies explorent les mémoires rituelle et corporelle, les cultures de la marge, les zones d’ombres de l’Histoire coloniale et postcoloniale, les stratégies de réappropriation et de marronnage. Elle crée au sein de cette compagnie six spectacles – L’Assise, LOL, Mon appart’ en dit long, Z.H (Zoos Humains) - objet d’un film documentaire coréalisé avec le photographe Enrico Bartolucci - S/T/R/A/T/E/S-Quartet ainsi que Le Syndrome de l’initié – qui sont représentés en France, en Belgique, en Birmanie, au Chili, en Guyane, en Italie, en Macédoine, au Mali, au Sénégal, en Suède, en Suisse…

Ses créations, qui convoquent des esthétiques variées - de la danse à la musique en passant par les arts visuels - construisent souvent des ponts entre des domaines artistiques habituellement séparés.

En 2017 Clément Cogitore fait appel à elle pour chorégraphier son film Les Indes galantes pour la 3e Scène de l’Opéra national de Paris.

Elle développe de nombreuses collaborations avec le monde de la recherche, notamment avec Sylvie Chalaye (anthropologue des représentations coloniales et historienne des arts du spectacle) et le laboratoire SeFea (Scènes Francophones et Écritures de l’Altérité), ainsi qu’avec Isabelle Launay, professeure au Département Danse de l’Université Paris 8 Saint-Denis.

À partir de 2020, elle sera artiste associée aux Ateliers Médicis (Clichy-sous-bois / Montfermeil), à la Carnegie-Mellon University (Pittsburgh), au Columbia Global Centers l Paris.

Alice Diop est née en 1979 à Aulnay-sous-bois, dans une famille sénégalaise. Elle est l'auteure de plusieurs documentaires dans lesquels elle porte un regard neuf, tant sociologique que cinématographique, sur le quartier de son enfance, sur la diversité, sur l'immigration. Son cinéma s'intéresse à ceux que l'on ne voit pas, en vue de combattre les idées reçues. Les six films qu'elle a réalisé sont : La Tour du monde (2005), Clichy pour l'exemple (2005), Les Sénégalaises et la Sénégauloise (2007), La Mort de Danton (2011), La Permanence (2016) - Prix de la compétition française au festival Cinéma du Réel en 2016 -, Vers la tendresse (2016) - César 2017 du Meilleur court métrage.

Mame-Fatou Niang est spécialiste de la diaspora noire en France. Titulaire d’un doctorat sur la représentation des périphéries dans la littérature et le cinéma français contemporains, elle enseigne à la Carnegie Mellon University, à Pittsburgh (USA). En 2015, elle coréalise le documentaire Mariannes Noires sur le parcours de sept afro-françaises. Elle publie en octobre Identités Françaises (Brill), un ouvrage qui interroge les notions de périphérisation et d'identité nationale dans la France contemporaine.

Ken Bugul

Mariètou Mbaye Biléoma — Ken Bugul est un pseudonyme qui signife en wolof : « personne n'en veut » — est née en 1947 dans le Ndoucoumane, au Sénégal. Après quelques années d'école primaire dans son village, Mariètou Mbaye entreprend des études secondaires au lycée Malick Sy de Thiès, puis passe une année à l'Université de Dakar où elle obtient une bourse d'études qui lui permet de se rendre en Belgique.