Events

Past Event

XIe Rencontre européenne d’analyse des sociétés politiques

October 18, 2019
9:00 AM - 6:00 PM
4, rue de Chevreuse, 75006 Paris

Le mal nécessaire des « aires culturelles » : comment penser l’historicité des sociétés ?

Si l’on s’en tient à ces trente dernières années, la conjonction des idéologies néolibérale et néoconservatrice a eu tendance à disqualifier les area studies – notion traduite en français par l’expression, encore plus énigmatique, d’« études des aires culturelles », ou plus récemment, d’ « études aréales » – au profit des théories des relations internationales et des global studies, ou encore de la théorie dite des « choix rationnels » et de la « transitologie » (c’est-à-dire de l’analyse normative des processus de « transition » à l’ « économie de marché » et à la « démocratie »), sur la base du postulat, implicite ou explicite, de la « fin de l’Histoire » (Francis Fukuyama). De telles approches ont ceci de commun qu’elles tendent à gommer les spécificités culturelles ou historiques des différentes sociétés, et à privilégier des dynamiques uniformes de la mondialisation. Cette évolution a pu être vertement critiquée après l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis, en 2003, dans la mesure où les erreurs de jugement de l’administration Bush ont été en partie imputées à la marginalisation, dans les centres de décision, des universitaires et des experts arabisants, sous la pression des intellectuels et des stratèges néoconservateurs. Il n’empêche que la tendance n’a pas été inversée, la « menace djihadiste » restant dé-sociologisée et dé-historicisée. La vogue de la thématique des « arcs » (« arc chiite », « arc de crise », etc.), la qualification de « globales » de toutes les politiques publiques ou menaces qui se respectent, la montée en puissance des security studies (et des financements afférents) au cœur même de l’Université sont révélateurs de ce dédain pour les aspérités locales de l’histoire et du social.

Certes, des départements ou des programmes dédiés à des « aires culturelles » ont été maintenus du fait des pesanteurs ou des résiliences institutionnelles et académiques, ou même connaissent un regain, comme à Oxford. Mais, d’une part, ils sont désormais inféodés aux problématiques « globales » et, de l’autre, la pertinence de leur délimitation se trouve mise en question sous la double pression des avancées de la réflexion en sciences sociales et des transformations du système international. Les institutions multilatérales, les administrations publiques, voire les entreprises et les ONG, n’échappent pas à ces débats.

            Nous partirons de l’hypothèse selon laquelle les area studies demeurent une fiction utile, voire nécessaire, du point de vue de l’acquisition d’un savoir-faire irremplaçable en matière de connaissances, de maîtrise des langues, de pratique de terrain, de transmission intergénérationnelle du capital scientifique, mais à la condition expresse de ne pas avoir de ces « aires culturelles » (ou de ces départements de dénomination géographique) une appréhension culturaliste, d’ordre ethno-religieux, ce qui suppose de les mettre constamment en tension comparatiste. La comparaison singularise les situations considérées. Mais elle les universalise également, car l’universalité procède par réinvention de la différence et suppose la reconnaissance de la diversité.

            La question sera donc la suivante : comment définir une « aire culturelle » sans être culturaliste, et notamment prisonnier de l’illusion religieuse ? Pour ce faire, la première condition est de dénaturaliser et d’historiciser les ensembles continentaux que les area studies prennent généralement pour aune, et dont la délimitation est tributaire, précisément, de la pensée religieuse, ainsi que de l’histoire impériale européenne. La seconde condition est de renoncer à la périodisation occidentalo-centrée de l’histoire et de confronter des temporalités historiques différentes d’une société ou d’une catégorie sociale à l’autre, sans prétendre les ramener à une unité d’analyse continentale ou nationale, ni à un calendrier religieux particulier. La troisième condition est d’abandonner toute définition essentialiste et objective d’une « aire culturelle », qu’elle soit d’ordre géographique, démographique, économique, culturel ou religieux, et de la caractériser plutôt par un type d’enchaînements historiques qui lui confèrent sa singularité, d’un point de vue comparatif, et une cohérence relative, de type interactionnel. 

 

 

Entrée libre, sur inscription préalable : reasopofasopo@gmail.com

 

 

 

 

Jeudi 17 octobre

17h30 – 19h30

SciencesPo-CERI

Salle de conférence

 

56, rue Jacob

75006 – Paris

Métro : Saint-Germain-des-Prés

 

Leçon du Cycle européen d’études africaines du Reasopo

« Un concept africain d’Europe », par Salim Abdelmadjid (Toulouse)

Discutants : Roberto Beneduce (Turin), Dino Cutolo (Sienne) et Simona Taliani (Turin)

 

 

Vendredi 18 octobre

9h30 – 19h

Columbia Global Center

Reid Hall

4, rue de Chevreuse

75006 – Paris

Métro : Vavin

 

En hommage à la collection « Recherches internationales »,

fondée en 1998, à Reid Hall, par les éditions Karthala et le Centre de recherches internationales de Sciences Po

 

Invité d’honneur : Guy Hermet, ancien directeur du CERI

 et figure tutélaire de la sociologie historique comparée, en ce beau jardin de Reid Hall

 

9h30 – 10h

Introduction, par Jean-François Bayart (Genève)

10h – 11h

Président : Jacobo Grajales (Lille)

« Qu’est-ce que l’Amérique latine ? », par Claudio Lomnitz (New York)

11h – 13h

Atelier I

Dénaturaliser les continents, les civilisations et les religions ; historiciser les sociétés

Présidente : Irene Bono (Turin)

avec Pascale Barthélémy (Lyon), Bastien Bosa (Bogota),

Giovanni Levi (Venise) et Pierre Singaravelou (Londres)

 

13h – 14h30 : Pause déjeuner

 

14h30 – 15h30

Président(e) : Béatrice Hibou (Paris)

« Le Moyen-Orient comme système », par Henry Laurens (Paris)

 

15h30 – 17h

Atelier II

Hétérogénéité et compénétration des durées historiques :

leçons africaines

Président : Richard Banégas (Paris)

avec Laurent Fourchard (Paris & Bordeaux), Camille Lefebvre (Paris), Gregory Mann (New York), Mohamed Tozy (Aix-en-Provence & Casablanca) et Jean-Pierre Warnier (Paris)

 

17h – 17h30 : Pause

 

17h30 – 19h

Débat

Enseignants-chercheurs, journalistes, opérationnels :

que faire des « aires culturelles » et de leur référence religieuse ?

 

Présidente : Florence Brisset-Foucault (Paris)

avec Zekeria Ould Ahmed Salem (Chicago), Sylvain Bourmeau (Paris), Thomas Melonio (Paris), Didier Péclard (Genève), Jean-Louis Rocca (Paris) et Boris Samuel (Paris)